^ Haut du site
Bienvenue sur le site du rabbin Harboun
Suite à des personne malintentionné nous avons du refaire entierement le site internet Mais a qui ne plaise nous sommes toujours là
Ventes en ligne de livres sur le couple et l'éducation
L'équipe bénévole du rabbin harboun pour diffuser la thora vous souhaite une bonne année 2014
Le rabbin Harboun es heureux de vous annoncer l ouverture de la boutique en ligne

 

 

SOUVENONS-NOUS VRAIMENT

Souvenons-nous vraiment, par Yuli Edelstein, ministre israélien de la Diaspora

 

A l’occasion du 66ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le CJE

 

et le CJM ont organisé une cérémonie au parlement européen à Bruxelles,

 

le 25 janvier dernier.
Le ministre israélien de la diaspora, Yuli Edelstein a déclaré que « la Shoah

 

n'a pas commencé avec les camps de concentration. Elle a commencé par une

 

brique lancée à travers la fenêtre d'une entreprise juive, la profanation d'une

 

, des mots de haine déversés dans la rue. Hitler a pu réaliser ses plans parce

 

que trop de bonnes gens ont décidé  de tourner la tête, et de  regarder

 

de l'autre côté ».

Au printemps 1939, George VI, roi d'Angleterre et Empereur des Indes,

 

demanda à son secrétaire privé d'écrire au ministre des affaires étrangères

 

britannique Lord Halifax, ayant appris qu’un « nombre de réfugiés juifs

 

provenant de différents pays étaient en train de rentrer subrepticement

 

en Palestine ».

Le Roi était «heureux d'apprendre que des mesures étaient prises pour

 

empêcher ces personnes de quitter leur pays d'origine". 
Le bureau de Halifax télégraphia à l'ambassadeur britannique à Berlin

 

pour lui demander d'encourager le gouvernement allemand "à vérifier

 

l'émigration non autorisée" des Juifs.

 

Aujourd'hui, les  encenseurs du roi expliquent qu'il n'était pas un antisémite.

 

Empêcher l'immigration juive en Palestine était une politique officielle

 

du gouvernement, disent-ils. Cela a été fait avec l'intérêt britannique

 

à l'esprit : pacifier la résistance arabo-musulmane du mouvement sioniste.

En effet, cette politique, comme nous le savons maintenant, a eu un succès retentissant. Des millions de Juifs n'ont pas échappé à leur «pays d'origine », sauf par la fumée des cheminées des crématoires.

Au nom des millions de victimes de la Shoah, dont beaucoup auraient pu être sauvées si elles avaient été autorisées à quitter l'Europe pour la Palestine ou ailleurs, je voudrais commencer mon intervention en posant une simple question : qu'avons-nous appris?

Qui se soucie si ceux qui ont le pouvoir de prévenir les génocides, de sauver des vies, ne le font pas parce qu'ils ont des préjugés ou sont racistes, ou simplement parce qu'ils sont indifférents et égoïstes, si à la fin le résultat est toujours le même?!

Une distinction sans différence : cela ne fait aucune différence.

La Shoah n'a pas commencé avec les camps de concentration. Elle a commencé par une brique lancée à travers la fenêtre d'une entreprise juive, la profanation d'une synagogue, des mots de haine déversés dans la rue. Hitler a pu réaliser ses plans parce que trop de bonnes gens ont décidé  de tourner la tête, et de  regarder de l'autre côté.

 

 

 

Le survivant de la Shoah Elie Wiesel identifie le trait de caractère qui serait le premier responsable du fait que la Shoah a pu se produire: l'indifférence. Car c'est seulement dans l’état d'indifférence que se trouvent mêlés "la lumière et l'obscurité, le crépuscule et l'aube, le crime et le châtiment, la cruauté et la compassion, le bien et le mal confus. L’indifférence vous permet de   vous détourner du  regard des victimes. Il est, après tout, étrange, ennuyeux, d’être impliqué dans la douleur et le désespoir d'une autre personne. Pour la personne qui est indifférente, ses voisins sont sans conséquence.

Lorsque « les Protocoles des Sages de Sion » et « Mein Kampf » deviennent des best-sellers dans les librairies arabes de Ramallah à Londres, et les institutions juives et les lieux de culte sont ciblés par les messagers de la haine - peut-on l’expliquer par les «griefs» et la «rage», et blâmer les victimes?

Pour moi, un enfant de survivants de la Shoah, un prisonnier de conscience dans le goulag soviétique, et pour mes frères juifs en Israël et au-delà, les leçons de cette horrible calamité sont aussi claires aujourd'hui qu’elles l’étaient il y a 66 ans jour pour jour, quand les portes d'Auschwitz se sont ouvertes devant l'Armée rouge et que  le massacre fut terminé.

Les Juifs doivent être unis, les Juifs doivent être indépendants, et les Juifs doivent être armés et prêts à se battre.

L'Etat d'Israël se présente aujourd'hui comme une garantie qu’aucun  roi, aucun ministre, aucune politique ne condamnera les Juifs à nouveau, il y aura toujours une porte ouverte et un phare qui brille.

Voilà ce que signifie ce «plus jamais», Mesdames et Messieurs. Cela signifie leçon apprise.

Nous sommes en 2011, maintenant, et nous vivons un cauchemar où un bigot fanatique avec une mentalité de gangster, après avoir violemment soumis son propre peuple, recherche sans relâche l'arme ultime, menace de génocide et de violence, et propage les tentacules de la conspiration, de la guerre et du meurtre partout où il le peut.

A voir le spectacle macabre des représentants du monde civilisé, cherchant désespérément à éviter, différer, retarder l'inévitable, en essayant de "s'engager" avec un barbare assoiffé de sang, nous avons de nouveau des doutes que les leçons de la dernière guerre mondiale ne soient pas oubliées à l'extérieur de nos frontières.

Mais que personne ne doute de notre engagement contre ceux qui promettent ouvertement aujourd'hui « de terminer ce que Hitler a commencé ». Avec une détermination farouche et une résolution de fer, nous allons défendre notre communauté juive jusqu’au bout.

Mais qu'en est-il de la leçon au monde?

Il n'y a pas si longtemps, le cœur de l'Europe fut secoué de nouveau par le massacre d'innocents en Bosnie et au Kosovo, et encore, quand le salut est venu, il était trop tard pour trop d’entres-eux. En Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, nous avons été conditionné à accepter comme un mode de vie non seulement le génocide, mais aussi la pauvreté, la maladie, la famine, la corruption, la dictature, le terrorisme et le fanatisme religieux pour la honte de notre humanité commune.

Et nous permettons que cela continue - au nom de la politique, des intérêts, voire mal guidé par l'idéologie "progressive" du multiculturalisme et de l'anticolonialisme, alors qu'en fait tout cela n’est vraiment que de l'indifférence.

L’indifférence, envers ceux qui, après tout, sont dans des «querelles en des pays lointain, entre des personnes dont nous ne savons rien ».

Mais le monde d'aujourd'hui est vraiment trop petit pour le sentiment de Munich. Ceux qui n’auront pas pris la peine de mettre fin au génocide lointain devront composer avec des flots de réfugiés désespérés, qui ne craignent rien et n'ont rien à perdre. Ceux qui ne seront pas prêts à arrêter la propagation du fanatisme religieux et la haine alimentée par l'argent du pétrole et la culture de l'oppression, seront forcés de choisir entre les besoins humiliant de la sécurité et la crainte morbide du kamikaze.

Alors, faisons de ce jour grave, faisons de ce jour où nous nous souvenons du jour où le massacre a pris fin, et le calcul a commencé, le jour où nous nous engageons dans le monde où l'indifférence à la criminalité est aussi abjecte que le crime lui-même.

Ne soyons jamais passif et silencieux, cynique et calculateur, lorsque notre propre humanité crie des champs de la mort du Rwanda, dans les rues d'Iran, des prisons de Birmanie.

Nous ne devons jamais accepter qu'il y ait un objectif politique qui soit plus important que de sauver des vies. Nous devons reconnaître que le mal existe dans le monde, en faire notre engagement commun pour le combattre et le vaincre partout où nous le trouverons.

Il est souvent dit que les juifs sont comme le canari dans la mine de charbon de la civilisation.

N'importe quand, n'importe où, si vous laissez le poison de l'antisémitisme se propager dans l'air, l'explosion inévitable viendra bientôt. Dans sa décision de reconnaître la Journée internationale de la mémoire de la Shoah, la communauté des nations a reconnu que le souvenir des victimes du plus grand génocide de l'histoire est nécessaire pour que ses leçons soient tirées et appliquées au niveau mondial. Unissons nos efforts pour faire en sorte que cela soit possible. Construisons un monde plus sûr! Plus libre! Plus juste!

Souvenons-nous vraiment.

 

Compteur de visite
compteur html